Xiaomi IPO fait face à des attentes élevées et des vents contraires

Xiaomi IPO fait face à des attentes élevées et des vents contraires

7 juin 2018 0 Par admin

L’introduction en bourse de Xiaomi pourrait devenir la plus importante depuis l’introduction en bourse d’Alibaba en 2014.

Les attentes sont élevées pour le premier appel public à l’épargne (IPO) imminent du fabricant de smartphones Xiaomi parmi les banquiers des marchés des capitaux asiatiques et les responsables de la Bourse de Hong Kong. Ils espèrent que la cotation ouvrira la voie à l’émission d’actions pour les sociétés technologiques de Chine continentale et que la sanction de la Bourse de Hong Kong pour les droits de vote à double catégorie pondérée dans les PAPE – qui est entrée en vigueur à la fin avril – recevra l’aval des investisseurs même si le cofondateur de Xiaomi, Lei Jun, et le président Lin Bin, conserveront 85 % des droits de vote à la suite de l’introduction en bourse.

Xiaomi a déposé une demande d’introduction en bourse fin avril dans le but de lever 10 milliards de dollars US, un objectif ambitieux qui porterait la valeur de l’entreprise à 70 milliards de dollars US. En cas de succès, cela représenterait l’introduction en bourse la plus importante au monde depuis l’introduction en bourse d’Alibaba à la fin de 2014 pour un montant de 25 milliards de dollars US. CLSA, Goldman Sachs et Morgan Stanley s’occupent de l’inscription.

Quels sont les vents contraires que Xiaomi doit surmonter pour réussir ?

Bien que Xiaomi ait plus que triplé ses bénéfices d’une année sur l’autre en 2017 sur une base ajustée après exclusion des pertes d’évaluation des actions privilégiées convertibles, la capitalisation boursière visée de 70 milliards de dollars US permettrait d’évaluer le PAPE à 83 fois les bénéfices ajustés. Il s’agit d’une prime considérable par rapport aux géants de la fabrication de smartphones Samsung et Apple, qui se sont échangés pour la dernière fois à environ 8 et 17 fois les bénéfices respectivement.

Et alors que Xiaomi a démontré une solide croissance des bénéfices, on craint que l’engagement du fondateur de l’entreprise, Lei Jun, de plafonner les marges bénéficiaires à 5 %, ne limite la croissance à moins que l’entreprise ne parvienne à pénétrer avec succès des marchés en dehors de ses principales sources de revenus en Chine et en Inde.

Bien que Xiaomi vise à être une entreprise technologique entièrement diversifiée, environ 70 % des revenus de l’entreprise provenaient de la vente de téléphones intelligents en 2016 et le reste des ventes de téléviseurs intelligents, d’ordinateurs portables et de services Internet.

L’introduction en bourse de Xiaomi s’est accompagnée, début mai, d’un procès intenté par le fabricant chinois de téléphones intelligents Coolpad contre trois filiales de Xiaomi, alléguant une contrefaçon de brevet sur la technologie, y compris la conception de cartes simcard et la technologie de l’interface utilisateur. Coolpad poursuit Xiaomi Telecom Technology, Xiaomi Technology et Xiaomi Factory par l’intermédiaire de sa filiale Yulong Computer Scientific devant une cour provinciale du Jiangsu.

Yulong exige que Xiaomi cesse de produire et de commercialiser un certain nombre de ses modèles de smartphones, y compris le populaire M1 MIX2. Il est peu probable que les poursuites feront dérailler le PAPE, d’autant plus que le titre de Coolpad a été suspendu pendant plus d’un an et qu’il n’a déposé que récemment son rapport annuel 2016 en raison de problèmes de vérification interne – révélant une perte de 4,4 milliards HK – qui pourraient tous avoir une incidence sur le point de vue de la cour quant à l’action en justice.

Dans le même temps, Xiaomi cherche à renforcer encore davantage son profil, parallèlement au projet d’introduction en bourse de Hong Kong, dans le cadre d’une cotation nationale en Chine par le biais de Chinese Depository Receipts (CDRs), un instrument qui en est à sa phase pilote.

Les CDR sont similaires aux American Depositary Receipts et faciliteront la négociation nationale des actions émises par des sociétés chinoises domiciliées à l’étranger. L’instrument devrait être approuvé par les autorités financières chinoises à la fin du mois de juin.

Le projet pilote de CDR a été annoncé fin mars par le CSRC chinois et permet aux sociétés domiciliées à l’étranger dont la capitalisation boursière est supérieure à 200 milliards de roupies de coter les CDR sur le marché des actions de catégorie A.

Sliding ad. Included in Envo Magazine PRO - Documentation